Festival de l’imaginaire

A l’occasion de l’ouverture du festival de l’Imaginaire, le 9 mars, organisé par la Maison des cultures du monde, une troupe de théâtre coréen dansé et masqué, le Bongsan Talchum, se produira au 101 boulevard Raspail, les 9 et 10 mars.

Le 23 et le 25 mars, un groupe de musique Sinawi fera partager au public l’héritage chamanique coréen.

 

BONGSAN TALCHUM

Avec la Bongsan Mask Dance Drama Preservation Society
Vendredi 9 et Samedi 10 mars à 20h30 • Dimanche 11 mars à 17h00
Maison des Cultures du Monde, 101 bld Raspail, 75006 Paris

SPECTACLE EN CORÉEN SURTITRÉ EN FRANCAIS

Originaire de la petite ville de Bongsan au nord-ouest de la Corée du sud, le BONGSAN TALCHUM est l’une des dernières formes encore vivantes de théâtre populaire masqué et dansé tel qu’il se pratiquait autrefois dans toute la péninsule coréenne.

Le BONGSAN TALCHUM mêle danse, musique, dialogues et scènes mimées.
Plein de vie et d’humour, il présente une suite de 7 saynètes satiriques jouées par des masques aux couleurs vives réalisés en papier mâché. La sagesse populaire coréenne y épingle les petits travers humains : aristocrates bernés par leurs valets, moines corrompus, vieillards séduits par de jeunes femmes.

On pense ici bien-sûr à Molière : comme chez ce dernier, le bongsan permet de dénoncer les abus d’une société hiérarchisée grâce à des personnages caricaturés. En résulte un spectacle plein d’esprit, truculent, mais toujours empreint de finesse.Initialement joué en l’honneur de Bouddha, le bongsan est également exécuté pour chasser les mauvais esprits ; il est ainsi le reflet de la spiritualité coréenne traditionnelle, mélange de bouddhisme et de chamanisme.

La BONGSAN MASK DANCE-DRAMA PRESERVATION SOCIETY est aujourd’hui mondialement reconnue tant pour la qualité de son travail artistique que pour son action de préservation et de transmission de cet art dans toute la Corée. Un ensemble d’instruments coréens traditionnels accompagne le spectacle : deux hautbois p’iri, une flûte traversièrechottae, une vièle à deux cordes haegum, un tambour sablier changgo, un tambour tonneau puk, et un petit gong kkwaenggwari.

L’héritage chamanique • Corée

MUSIQUE SINAWI

KIM HAE-SOOK cithare gayageum, KIM YOUNG-GIL cithare à archet ajaeng, YOON HO-SE percussions, KIM CHUNG-HWAN flûte traversière daegeum et YU MI-RI au chant
Vendredi 23 mars à 20h30, Dimanche 25 mars à 17h.
Maison des Cultures du Monde, 101 bld Raspail, 75006 Paris

Depuis près de trois décennies, la Corée révèle à nos oreilles émerveillées des pans méconnus de son extraordinaire patrimoine musical. Cette année, le Festival de l’Imaginaire poursuit cette exploration avec le SINAWI.

Le SINAWI est une improvisation collective qui trouve ses racines dans la musique des chamanes coréens.Jusque là cantonné à un rôle rituel, à partir du XIXe siècle le SINAWI est repris par des musiciens professionnels.
Il est joué lors des fêtes et des célébrations pour le plaisir, certes, mais aussi parce qu’il symbolise un trait essentiel de la philosophie coréenne : la nécessité de l’harmonie entre les hommes. En effet, le SINAWI exige des musiciens une écoute réciproque et une complicité qui est le fruit d’un long travail en commun.

Musique traditionnelle, cette re-création perpétuelle témoigne aussi d’une étonnante contemporanéité, avec ses sonorités tantôt soyeuses tantôt percussives et ses ornementations empreintes de mélancolie.

Les amateurs de musique improvisée, de sons inusités, de rencontres inattendues, se délecteront de ces mélodies qui se croisent et se mélangent dans une sorte de chaos organisé dont le tempo de plus en plus rapide nous entraîne vers une acmé d’émotion.
A l’image de la transe qui possède le chamane dans son voyage à travers les trois mondes…

Rares sont aujourd’hui les musiciens qui maîtrisent les codes ancestraux du SINAWI et sont en même temps capables de laisser libre cours à leur créativité. KIM HAE-SOK, à la cithare gayageum et KIM YOUNG-GIL, jeune maître de la cithare ajaeng, sont de cette trempe. Accompagnés de YOON HO-SE au tambour janggu, de KIM CHUNG HWAN à la flûte daegeum et de la chanteuse YU MI-RI, ils nous proposent un voyage à travers les différents styles de SINAWI des régions de Jindo et de Namdo.

 

ACHETEZ VOS BILLETS EN LIGNE !

Plein tarif : 21€
Tarif abonnés : 15€
Tarif réduit : 11€

Renseignements et location
01 45 44 72 30

Ce contenu a été publié dans Chant, Concerts, Musique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.